BIOGRAPHIES

Manuel DIEUDONNE

     Docteur en philosophie, il enseigne dans le Secondaire (94) et, depuis 2012, à la faculté de l’Institut catholique de Paris où il est chargé d’enseignement en philosophie moderne (Nietzsche) et philosophie antique (sagesses antiques).

            Il travaille depuis plusieurs années avec la société de production Concerto, pour laquelle il a écrit les textes des concerts-spectacles : « Franz Liszt rencontre Lamartine », « Félix Mendelssohn », « George Sand et Frédéric Chopin à Valldemosa », « Claude Debussy et les impressionnistes », « George Gershwin et le jazz », « Alexandre Gorovski et Rudolph Noureev », « Voyage dans l’Europe musicale », « Johannes Brahms », « Camille Claudel », « Garcia Lorca, d’or et de feu ». Il a également collaboré à la rédaction du film documentaire « De Pau à Pablo » sur la vie et l’œuvre du violoncelliste Pablo Casals.

            Il est l’auteur des livres Ecorces (éditions Minstrel, 2003), Le Temps presse, lecture philosophique de saint Paul (éditions Hermann, 2016), Camille Claudel, faire jaillir les ombres comme des cris (éditions Concerto, 2016). Il prépare actuellement un essai sur la relation du christianisme antique au politique et travaille à l’élaboration d’une anthologie philosophique sur l’éducation.

Gérard CHARROIN

     Il obtient le 1er prix  à l'unanimité de comédie classique,  au Conservatoire d'Art dramatique d'Alger. Il entre à Paris au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique dans la classe de Louis Seigner, puis comme élève du Conservatoire à la Comédie Française.  « Cyrano de Bergerac » avec Jean PIAT, « Le songe d'une nuit d'été » « Le voyage de monsieur Perrichon » « La soif et la faim » d'Eugène Ionesco.

 A la radio, il produit  et réalise des émissions sur le théâtre « Les grandes troupes populaires », et interprète à l'opéra « Le médecin malgré lui » de Molière.
 
        Il dirige Le Théâtre d'Essais, et met en scène « Morts sans sépulture » de Jean Paul Sartre, « Jeanne et les juges » de Thierry Maulnier, « Le tableau des merveilles » de Jacques Prévert, « Vêtir ceux qui sont nus » de Luigi Pirandello. Il écrit et réalise des films documentaires « La vie de Pierre Fourier» «Alix Leclerc », « La leçon de piano » avec Jacques Rouvier, « Pablo Casals »…

        Il crée l'agence Concerto, et produit des concerts-spectacles en collaboration artistique avec Yves Henry, Jean Pascal Meyer, Karine Lethiec, et Manuel Dieudonné. « Les correspondances » de Chopin et George Sand, «la vie de Mozart », « Voyage dans l'Europe musicale » avec Frédéric Lodéon, « la vie passionnée de Beethoven» «à la rencontre de Schubert » «Liszt rencontre Lamartine» «La vie de Félix Mendelssohn». Il écrit également des spectacles littéraires « Traces de Liberté », « Notre-Dame de Paris » « Artistes dans la Grande Guerre ».
        Il participe aux festivals «SenLiszt» Fondation Cziffra, «Les Nuits d'été» à Mâcon, «Bach à Bachus» à Meursault, «Les Arcs», «Pablo Casals» à Prades, les «Journées Romantiques» à Croissy, les «Nuits Caraïbes» en Guadeloupe, «Un été avec Chopin» sur France5 et France3.
         Il écrit pour l'Ensemble Calliopée au Musée de la Grande Guerre, une évocation des carnets de guerre de Romain Darchy.

Marie Christine BARRAULT

     En sortant du Conservatoire, en 1965, elle entame une carrière au théâtre et à la télévision. Elle défend alors des textes de Max Frisch, Corneille, Sarraute, Claudel, Tchekhov, O'Neil, Marguerite Duras…,
    Eric Rohmer lui offre son premier rôle au cinéma dans « Ma nuit chez Maud » et elle sera l'inoubliable interprète de « Cousin, Cousine » de Jean-Charles Tacchella qui lui permet d'être nommée pour l'Oscar de la Meilleure Actrice de l'année 1976.
Elle alterne alors le théâtre, le cinéma et la télévision où elle incarne des personnages forts, adaptés de la littérature et de la réalité, tels que Marie Curie ou Jenny Marx. On l'a vue récemment dans la mini série sur France 3 « Jusqu'au Dernier ».
    Elle a créé un spectacle de chansons, « L'Homme Rêvé », au Théâtre des Bouffes du Nord et en tournée, sur des textes de Roger Vadim et musiques de Jean Marie Senia.     Elle a publié un livre autobiographique, « Ce long Chemin pour arriver jusqu'à Toi », aux éditions XO. Au cinéma « Non ma fille, tu n'iras pas danser » et  « L'Art de la Fugue » . Au théâtre « L'Allée du Roi » de Françoise Chandernagor, « Opening Night », « L'Amour, la Mort, les Fringues » de Danièle Thompson, « Les Monologues du Vagin ». Elle joue en ce moment « Les Yeux Ouverts » (Dialogue entre Marguerite Yourcenar et Mathieu Galley).
    Elle a enregistré des disques « Terre des Hommes »  de Saint-Exupéry, « Vingt-quatre Heures de la Vie d'une Femme » de Stefan Zweig, « Pierre et le Loup » de Prokofiev. De fait, Marie-Christine Barrault aime de plus en plus travailler en compagnie de musiciens (Pascal Contet, Jean-Patrice Brosse, Yves Henry, François Frédéric Guy, …), sur des spectacles mêlant musique et texte. Elle est depuis 2007 présidente d'honneur des Fêtes romantiques de Nohant, autour du souvenir de George Sand et de Chopin.

Jean Pascal MEYER

     Jean-Pascal Meyer découvre la musique sous le regard de sa tante Yvonne Gouverné, chef des chœurs à Radio France et amie intime de Francis Poulenc. Admis à 15 ans au CNSM de Paris, il y obtient deux prix de piano et musique de chambre. Ses rencontres avec Gaby Casadesus, Eliane Richepin puis Jacques Rouvier lui permettent une approche fidèle de la tradition française du piano. Sous leur impulsion, il se fait remarquer et remporte de nombreux prix internationaux (Porto, Viotti, Marseille, Epinal, Bolzano…).
    Il participe depuis à de nombreux concerts ainsi qu'à diverses émissions médiatiques. Il se produit comme pianiste autant en récital, musique de chambre ou avec orchestre que pour des spectacles avec comédiens (Comédie Française, Philippe Meyer, Hanna Schygulla, Marie-Christine Barrault …).
    Son goût du partage l'amène à fonder le festival Artis à Annecy puis les Nuits d'été de Mâcon qu'il dirige depuis 2003 afin de faire vivre sa passion. Musicien apprécié, il partage de beaux moments artistiques avec de nombreux musiciens et comédiens comme Raphael Pidoux, Yves Henry, Svetlin Roussev ou encore Robin Renucci, J-Claude Dreyfus, Brigitte Fossey, Didier Sandre… tous ont toujours plaisir à accepter ses invitations pour des spectacles parfois créés juste le temps d'une soirée. Depuis quelques années, en collaboration avec Concerto communication, plusieurs spectacles ont été créés autour de personnalités artistiques majeures autour de textes, musique et vidéos.
    Quelques enregistrements sont parus autour de la musique russe avec le trio Alliance (Liza Kérob au violon et Dominique Vidal à la clarinette), un disque Brahms avec le violoncelliste Daniel Raclot. Habité par la joie de transmettre, il considère la pédagogie comme un vecteur essentiel de partage et de réflexion intergénérationnel et enseigne au CRD de Meudon.

Raphaël CHRETIEN

     Issu d'une famille de musiciens, Raphaël Chrétien naît en 1972 et débute très tôt le piano et le violoncelle, d'abord avec son père puis auprès d'Alain Meunier. Dès l'âge de quatorze ans, il est sélectionné par Mstislav Rostropovitch, pour participer à sa master-class parisienne consacrée à Prokofiev. Il intègre l'année suivante le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) dans la classe de Phillippe Muller et de Christian Ivaldi, où il obtient quelques années plus tard les premiers prix de Violoncelle et de Musique de chambre.
    Au cours de cycles de perfectionnement au CNSMDP et à l'Académie de musique de Bâle (Konzert Diploma), il rencontre notamment Miklos Perenyi, Janos Starker, Paul Tortelier, mais également Pierre Boulez qui écrit à cette époque: “J'ai entendu Raphaël Chrétien et fus vivement impressionné par son interprétation du triple concerto de Beethoven au Théâtre des Champs-Elysées…”.
    Lauréat de plusieurs concours internationaux, dont le Prix spécial Martinu au Concours International de Prague ou le Grand Prix et le Prix du Public au Concours International de Belgrade, puis enrichi d'une expérience comme co-principal du London Symphony Orchestra, il entame alors une intense carrière de concertiste qui l'amène à se produire aujourd'hui dans le monde entier…    En soliste, il s'est notamment produit avec l'orchestre National d'Ile de France, les Siècles, le Philharmonique de Prague, la Camerata de Salzbourg, le Guildhall symphony orchestra, le Dresden universitat orchester, l'orchestre de Caen, l'orchestre de Cannes-PACA, le Radio-symphonique de Bâle, la Cuidad de Granada,…
    Musicien particulièrement éclectique, son vaste répertoire s'étend des suites de Bach sur instrument baroque aux oeuvres les plus contemporaines. Il participe ainsi activement depuis des années à la création musicale par de multiples concerts et enregistrements.
    Sa discographie originale, initiée avec le “premier enregistrement mondial” des Caprices d'Alffredo Piatti pour violoncelle seul, s'est progressivement étoffée de nombreux titres allant de Brahms à Ginastera, en passant par Martinu, Duparc, Guy Ropartz, Saint-Saens, Lalo ou Offenbach, autant de disques qui sont régulièrement salués par la presse (Télérama, Classica, 10 de Répertoire, Sélection de l'Année du Monde, the Strad…)

Fanny COTTENCON

Fanny Cottençon a suivi les cours de Blanche Salant à l'Atelier international de théâtre. Au cinéma, le grand public la remarque dans les comédies de Francis Perrin (Le Roi des cons, Tête à claques, Tout le monde peut se tromper). En 1983, elle obtient le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans le film L'Étoile du Nord.

Après plusieurs rôles dramatiques (À coups de crosse, Femmes de personne, etc.), elle revient à la comédie à succès. Elle joue aux côtés de Roland Giraud dans Tant qu'il y aura des femmes, de Pierre Richard dans À gauche en sortant de l'ascenseur ou de Catherine Frot dans Ça reste entre nous.

Dans les années 1990, elle a joué dans la série télévisée Anne Le Guen. A la télévision encore, elle est dirigée par Richard Bohringer en 2003, dans l'adaptation de Poil de carotte et joue l'épouse de François Berléand dans Le Gendre idéal et sa suite Le Gendre idéal 2.

Elle était la compagne de Roger Coggio, dont elle eut un fils, Maxime Coggio

Noé DRDAK

Baigné dans la musique depuis l’enfance (sa mère est musicienne, et enseigne le luth et la guitare classique).

Noé débute le violoncelle à 6 ans avec Matthieu Lejeune au CRD du Val d’Yerres.

Il obtient successivement au CRD du Val d’Yerres, d’abord en juin 2015 le CEM de violoncelle (classe de Caroline Boïta) et le CEM de musique de chambre, tous deux avec les félicitations du jury (classes d’Yves Pruvot et de Sergueï Kouznetsov) puis en juin 2016 le DEM en violoncelle et musique de chambre, là encore avec les félicitations du jury.

Il a bénéficié des conseils de Natalia Gutmann en août 2017, et a intégré la classe de violoncelle de Christophe Oudin au CRR de Saint- Maur octobre 2017. Il se destine à une carrière de musicien. Il est actuellement en terminale. Noé a seize ans.

Elodie FONDACCI

Sa maîtrise de Lettres et son diplôme de Science-Po en poche, Elodie Fondacci démarre sa carrière de journaliste à Radio Classique en 2005. Elle participe à l'émssion "les spécialistes" à 07h40 tous les matins de la semaine et anime l'émission "Votre Week-End Radio Classique" à 08h00 le week-end.

Sa passion pour les livres l'amènera à animer chaque dimanche une chronique dédiée aux sorties littéraires à ne pas manquer (10h et 19h). Décidée à faire partager son goût pour les belles histoires aux enfants (et aux grands qui le sont restés !), elle va raconter chaque soir pendant 3 ans, Des Histoires en Musique. Cette émission a donné lieu à la création d'une collection de livres CD Gautier Languereau / Radio Classique.

Christophe MALAVOY

    Christophe Malavoy naît en Allemagne où son père, officier de l'armée française, était alors en poste. Élève à l'École de la rue Blanche à Paris, il échoue par la suite au concours d'entrée du Conservatoire national de Paris. Il débute au théâtre dans la compagnie KHI, dirigée par Stuart Seide, un jeune metteur en scène américain qui réactualise radicalement les pièces du théâtre élisabéthain.

     Après un premier petit rôle au cinéma en 1975 ce sont les films de Michel Deville qui, à partir de 1978, le révèlent véritablement. Pierre Schoendoerffer l'engage pour L'Honneur d'un capitaine en 1982, aux côtés de Jacques Perrin (dans les flashbacks), de Nicole Garcia, Charles Denner, Claude Jade et Georges Wilson en témoin au procès de la diffamation.

     En 1983, il reçoit le César du meilleur espoir pour Family Rock de José Pinheiro. Dans les années 1980, il tient la vedette de Péril en la demeure de Michel Deville, encore avec Nicole Garcia, Bras de Fer avec Bernard Giraudeau, La Soule avec Richard Bohringer ou bien encore de De guerre lasse de Robert Enrico. On le remarque aussi bien dans la comédie de Claude Zidi, Association de malfaiteurs, que dans l'univers de Claude Chabrol (Le Cri du hibou).

En 1985, il reçoit le prix Jean-Gabin, puis est nommé au César du meilleur acteur pour La Femme de ma vie de Régis Wargnier.

Dans les années 1990, il se tourne vers la télévision. Il interprète le rôle-titre de L'Affaire Seznec dans le téléfilm d'Yves Boisset en 1993.

Il réalise pour la télévision La Ville dont le prince est un enfant adapté de Montherlant, Ceux qui aiment ne meurent jamais (d'après son roman Parmi tant d'autres), puis un long métrage Zone libre en 2007. Il est parrain de l'association SOS Amitié

Gauthier HERMANN

      Voyageur, entrepreneur, aventurier … Gauthier Herrmann est un musicien atypique. Violoncelliste passionnément tourné vers la musique de chambre, fondateur et directeur d’Arties Event Management, il sillonne le globe depuis plus de dix ans en compagnie des siens : sa famille – qu’il emmène inlassablement avec lui .

       Son regard distancié sur les circuits classiques l’a poussé à approfondir avec exigence sa formation de chambriste (lauréat avec le Trio con Fuoco des concours de Florence, Heerlen, Illzach, Vibrarte, Fnapec…) et à accorder sa confiance aux musiciens (Henri Demarquette, Gabor Takacs, Gyorgy Kurtag, Marcel Bardon, Paul Boufil etc.) plutôt qu’aux institutions.

        En 2001, Gauthier Herrmann découvre l’Inde. C’est de ce voyage que naît l’aventure Arties, projet un peu fou résumé par deux mots souvent incongrus dans la musique classique d’aujourd’hui : famille et entreprise. Car Arties festival est d’abord l’histoire d’un entrepreneur qui, pour monter sa société de concerts, a vendu son premier violoncelle, tout tenté pour une aventure rapprochant deux mondes à priori inconciliables : l’Inde et la musique classique.

        Sept ans, onze éditions, dix villes, trente-quatre musiciens, quarante-cinq voyages et plus de vingt-deux-mille spectateurs après, le pari est gagné et la musique de chambre a trouvé sa place en Inde. Reste à développer, à reprendre la route vers d’autres pays : en novembre 2013, la famille Arties donnera ses premiers concerts au Vietnam et en Indonésie.

       D’Arties festival à Arties Records.

En 2011, avec le pianiste Romain Descharmes et le clarinettiste Olivier Patey, Gauthier fonde Arties Records. Une seconde étape, un label « d’artistes au service des artistes ». Un premier disque Brahms en 2012, puis la musique de chambre d’Ernest Chausson et Max Bruch …

         Si le voyage est l’identité première d’Arties, la famille en est la seconde. Les interprètes présents dans le label Arties Records constituent le noyau dur du projet : des musiciens de haut niveau réunis par la passion du répertoire. Placer l’œuvre avant les individus, forger des liens musicaux suffisamment forts pour faire des uns et des autres de véritables compagnons de route. Formé de solistes, de musiciens d’orchestre, de chambristes et d’enseignants, la famille Arties est en perpétuel renouvellement. Jamais fermé, toujours reformé au gré des projets, des concerts, des voyages, des rencontres.

Troisième étape, LdB-prod

LdB ou Louis de Beethoven, hommage francisé à son idole en musique. Car la musique de Beethoven nourrit et anime les futurs projets ; intégrale des quatuors, des trios avec piano, des trios à cordes de Beethoven au sein de formations rassemblant des musiciens d’Arties : entre autres le Trio con Fuoco créé avec le violoniste Sullimann Altmayer et le pianiste Samuel Parent en 1998, le Trio HNG rassemblant le violoniste Hugues Borsarello, et l’altiste Nicolas Bône…

            Fondé et co-dirigé avec le complice Antoine Manceau en 2012, LdB-prod mutualise les concerts de la famille Arties, imagine et propose des saisons de musique de chambre avec une ambition assumée : réinstaller une intimité entre la salle et la scène, rapprocher les artistes de leur public. L’œuvre reste au centre mais peut être découverte dans une salle de concert ou dans un appartement. Seuls comptent la rencontre de l’auditeur avec la musique, et le plaisir des artistes à s’en emparer.

            En bon voyageur insatiable, nombreux sont aujourd’hui les projets de Gauthier : voir grandir sa famille, défendre sa tribu de musiciens, poursuivre le rêve Arties, et bien entendu, ne jamais cesser d’entreprendre.

Marie VERMEULIN

         Premier Grand Prix du Tournoi International de Musique en décembre 2004, Deuxième Grand Prix et Prix du plus jeune finaliste au Concours International Maria Canals de Barcelone en mai 2006, Deuxième Grand prix au concours International Olivier Messiaen en décembre 2007, Marie Vermeulin est d'emblée sollicitée par de nombreux festivals français ou étrangers.

          A Paris, elle se produit notamment à la Cité de la musique, au Petit Palais, à l'Amphithéatre de l'Opéra Bastille, à l'Auditorium du musée d'Orsay, salle Cortot.

Elle est régulièrement invitée sur la scène étrangère, et voyage ainsi en Italie, en Espagne, en Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Lituanie, en Algérie, en Moldavie, au Monténégro, à Chypre, au Liban, au Vietnam, aux Philippines, en Indonésie ...

          Parallèlement, elle est amenée à donner diverses conférences et master-classes en liaison avec ses concerts, notamment sur l'oeuvre d'Olivier Messiaen. Depuis quelques années, elle s'investit tout particulièrement dans la musique contemporaine, et travaille ainsi en étroite collaboration avec des compositeurs tels Mauro Lanza, Ramon Humet, Philippe Fénelon, Alain Louvier, Bruno Ducol et, tout récemment, Pierre Boulez.

           Elle a interprété le 1er Concerto de Chopin, le Concerto de Schumann et le 1er Concerto de Tchaikovsky avec l'Orchestre philharmonique de Kaunas, les Concertos K453 et K488 de Mozart avec l'Orchestre des Musiciens d'ose, le concerto K453 de Mozart avec L'Orchestre de chambre de Wallonie, le concerto en sol de Ravel avec l'Orchestre Del Valles , puis avec l'orchestre National du Liban, les Concertos Hob.XVIII:4 et XVIII:11 de Haydn avec l'orchestre National de chambre de Moldavie ainsi que les Oiseaux Exotiques de Messiaen avec l'Ensemble Intercontemporain (dir. Pierre Boulez).

           Son talent a été soutenu par l’action du mécénat Société Générale, de l’Accademia Pianistica Internazionale d’Imola, et de Culturesfrance. En décembre 2009, elle est couronnée du Prix International "Pro Musicis".
          Sélectionnée par Thierry Beauvert pour représenter la France lors du concours des radios francophones en 2006, Marie Vermeulin est, dès lors, régulièrement invitée sur le plateau de France Musique.

En 2008, elle participe à la réalisation de l'intégrale de l'oeuvre d'Olivier Messiaen chez Universal, sous le label Deutsche Grammophon. Elle y enregistre la Fantaisie pour violon et piano aux côtés de Daniel Hope et la Vocalise pour voix élevée et piano, en compagnie de Nathalie Manfrino.

© 2017  par Musique Classique;