CONCERTO EDITION

Pour chaque spectacle CONCERTO édite un livret comprenant une présentation ainsi que le texte intégral accompagné des photos des répétitions.

CAMILLE CLAUDEL

"Faire jaillir les ombres comme des cris"

de Manuel DIEUDONNE et Gérard CHARROIN
Préface Marie-Christine BARRAULT

Que l'existence d'un artiste se dévoile d'abord en son œuvre, ce livre en fait la démonstration. Camille Claudel fut sans doute le plus grand sculpteur de son temps. Nul mieux qu'elle n'aura su marquer la sensibilité contemporaine. Elle fut aussi cette femme amoureuse, excessive et trahie que la folie finit par vaincre. Raconter cette vie passionnée exigeait de voir et revoir ses créations les plus puissantes : La Valse, Sacountala, l'Implorante, Clotho. Le texte de Manuel Dieudonné, les photographies de Gérard Charroin nous plongent au cœur d'un tourbillon de beauté et de tragédie. Pour notre plus grand plaisir.

DES OMBRES MAJESTUEUSES

Les textes originaux des spectacles

de Manuel DIEUDONNE et Gérard CHARROIN

     Voici les textes de plusieurs spectacles. Le lecteur y retrouvera la vie de compositeurs célèbres : Mozart, Beethoven, Schubert, Mendelssohn, Chopin, Liszt, Brahms, Debussy, Gershwin, mais aussi d'interprètes comme Pablo Casals ou d'artistes majeurs tels Rudolf Noureev et Federico Garcia Lorca.

      Ce fut pour les auteurs un grand privilège de plonger ainsi dans les secrets du passé pour ressusciter, le temps d'une évocation, ces ombres majestueuses. Mais pourquoi publier ces textes ? Un spectacle est une alchimie vivante qui ne se laisse enfermer dans aucun livre et n'est réductible à aucune de ses composantes, ni au texte, ni à la voix du récitant, ni aux œuvres musicales. Alors, pourquoi les fixer ici ? La réponse s'est imposée d'elle-même : parce que les mots, mieux que de simples empreintes, portent la trace des moments inoubliables que les auteurs partagent depuis plus de quinze ans avec les artistes et le public.

CAMILLE CLAUDEL édition 2

de Manuel DIEUDONNÉ et Gérard CHARROIN
Préface de Marie-Christine BARRAULT

FEDERICO GARCIA LORCA

Manuel DIEUDONNÉ et Gérard CHARROIN
Le texte intégral du spectacle Préface de Andréa FERNANDEZ MONTESINOS, petite nièce de GARCIA LORCA

    Federico Garcia Lorca passe son enfance à la campagne, près de Grenade où son père possède une grande propriété. Il suit ensuite des études de lettres et de droit à l'université de Grenade où il devient l'ami de Manuel de falla qui exerce une forte influence sur lui. Après plusieurs années passées à Grenade, il décide d'aller vivre à Madrid rencontrer enfin le succès. Il y devient l’ami de Luis Buñuel, Salvador Dali, Rafael Alberti, José Bergamin, Guillermo de Torre et Sanchez Mazas parmi ceux qui deviendront des artistes influents en Espagne.

COLETTE

de Manuel DIEUDONNE et Gérard CHARROIN
préface de Fanny COTTENCON

    Colette (1873-1954) n'est pas seulement une haute figure de la littérature du XXe siècle, auteur du Blé en herbe, de la Retraite sentimentale, de la Naissance du jour, amie de Jean Cocteau et de Maurice Ravel, présidente du prix La Renaissance et membre influent de l'Académie Goncourt.    Elle fut également une femme libre, affranchie, effrontée même, rebelle aux attentes de son époque, parfois provocante, iconoclaste ou sulfureuse, hostile aux mesquineries du qu'en-dira-t-on. Dansant à moitié nue sur la scène du Moulin-Rouge ou fréquentant les milieux homosexuels de Mathilde de Morny (« Missy), Colette n'a cessé d'incarner, avec ce génie si particulier de la légèreté, l'alliage de l'indépendance et du plaisir. C'est surtout une femme profondément amoureuse : amoureuse de sa mère (Sido), de la nature (Les Vrilles de la vigne) et des animaux (Dialogue de bêtes), admirable sculpteur des mots, amoureuse de la sensualité et des hommes, amoureuse enfin de la vie jusqu'aux portes de la mort : « Je ne cesserai d'éclore que pour cesser de vivre », écrit-elle.
           Un siècle après ses plus grandes gloires, au cœur de notre morosité, un personnage littéraire aussi talentueux méritait l'éloge, et même un hommage joyeux, lumineux. Nous proposons à travers ces « Journées Colette », sur le modèle des « Journées Rodin/Claudel » de janvier 2017, d'aller à la rencontre de cet immense écrivain autant que de la femme d'exception. Déjà connue en 1918 pour ses scandales et ses succès romanesques, notamment le fameux cycle des Claudine, le centenaire de l'armistice permettra d'ancrer l'événement dans l'histoire nationale.

DIEU SANS CÉSAR

de Manuel DIEUDONNÉ

    Des Pharisiens tendent à Jésus une pièce de monnaie frappée à l'effigie de Tibère : « Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur ? » Question piège. Si celui-ci répond oui, c'est un collaborateur. S'il dit non, c'est un factieux. La réplique fuse : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » Est-ce là le principe fondateur de la séparation des pouvoirs temporel et spirituel, donc de la laïcité ? Manuel Dieudonné montre dans cet essai que les desseins de Jésus sont autrement plus exigeants.

LA NUIT EST NOUVELLE

Fragments sur le silence

de Manuel DIEUDONNE

    S'il n'y a pas d'expérience possible d'un silence absolu, c'est dans l'amenuisement et la raréfaction, dans les phénomènes de la ténuité et du bruissement qu'il faut en chercher le discret retentissement. Silence de la concentration, silence de la lecture et de l'écriture, silence de la prière, silence d'une phrase suspendue, silence du corps nu, fauve, glissant dans la pénombre, silence païen du regard animal, silence de la pluie sur les marches, du vent ébouriffant les dunes, d'un reflet de rêve sur les murs de la chambre, mais aussi silence assourdissant de la sidération et de la tristesse, du cri d'effroi… Le silence est nulle part et partout. À peine discernable au milieu des rumeurs. Tapi dans l'étoffe sonore du monde. Lové parmi les nuances de ce soliloque inlassable qu'on appelle penser.  « Le silence creuse son lit dans la parole, jusqu'au cœur de celui qui ne l'attend plus », écrit Jacques Dupin. Ainsi il faut tendre l'oreille… Réapprendre l'écoute… Guérir du vacarme qui nous mutile puisque « le bruit saigne », selon le mot d'Edmond Jabès.
 En hommage à Jacques Dupin (1926-2012), poète du brisement des mots, ces réflexions et citations veulent effleurer diverses qualités du silence, gageant qu'une vie qui n'en goûterait jamais l'asile, sans exagération, se condamnerait à l'enfer. Les photographies de Gérard Charroin, un dialogue avec le violoncelliste Raphaël Chrétien, un poème inédit de Cécile Ladjali apportent leur pierre au chemin.

LORSQUE VOUS VIENDREZ

Manuel DIEUDONNÉ
Poèmes de l'automne à l'hiver
suivi de "Cette hérésie"

L'ESPACE ESSENTIEL

Manuel DIEUDONNÉ

    On souhaiterait ses amis proches, mais selon quelle proximité ? On les voudrait auprès de soi, mais n’est-ce pas les perdre ? En établissant parmi nous une distance idéale appelée ici espace essentiel, l’amitié fait exception à toutes les relations humaines. Ne se déploie-t-elle pas toujours dans une proximité paradoxale, ni fusionnelle ni oublieuse ?

Interrogeant la tradition philosophique de Platon à Nietzsche, l’auteur revient dans ce livre sur certaines significations insoupçonnées de l’amitié : qui sait ce que nous portons des autres dans nos émotions, dans nos intentions secrètes ?

    Et si l’amitié désignait cet espace intérieur qu’autrui fore en nous sans le savoir, quelque chose comme une subjectivité suppléante à jamais disponible ?

OU SONT-ILS DONC

Marie DIEUDONNÉ

Poésie brève

Illustrations Dominique Baur

Postface Manuel Dieudonné

   « Où sont-ils donc tous ces pays / Dont on nous parle dans les chansons / Ils sont ailleurs bien loin d’ici / Nuits tropicales, clairs horizons…, chantait Charles Trenet. Mes souvenirs sont aussi dans les chansons, celles de l'Écluse, des cabarets, des bords de Seine, des nuits argentées avec en tête le son du piano et de l'accordéon, des clairs de lune au-dessus de la cathédrale, des discussions à refaire un monde à nos mesures, des bières-sandwiches et gauloises bleues, des colleurs d'affiches du petit matin et des chagrins d'amour de gosses. C'est cette nostalgie-là que j'ai voulu offrir aux lecteurs à travers ces poèmes brefs... nostalgie d'un passé enraciné au fond de mon âme pour l'éternité. »

© 2017  par Musique Classique;