COLETTE

    Colette (1873-1954) n'est pas seulement une haute figure de la littérature du XXe siècle, auteur du Blé en herbe, de la Retraite sentimentale, de la Naissance du jour, amie de Jean Cocteau et de Maurice Ravel, présidente du prix La Renaissance et membre influent de l'Académie Goncourt.    Elle fut également une femme libre, affranchie, effrontée même, rebelle aux attentes de son époque, parfois provocante, iconoclaste ou sulfureuse, hostile aux mesquineries du qu'en-dira-t-on.

    C'est surtout une femme profondément amoureuse : amoureuse de sa mère (Sido), de la nature (Les Vrilles de la vigne) et des animaux (Dialogue de bêtes), admirable sculpteur des mots, amoureuse de la sensualité et des hommes, amoureuse enfin de la vie jusqu'aux portes de la mort : « Je ne cesserai d'éclore que pour cesser de vivre », écrit-elle.
      Un siècle après ses plus grandes gloires, au cœur de notre morosité, un personnage littéraire aussi talentueux méritait l'éloge, et même un hommage joyeux, lumineux. Nous proposons à travers ces « Journées Colette », sur le modèle des « Journées Rodin/Claudel » de janvier 2017, d'aller à la rencontre de cet immense écrivain autant que de la femme d'exception. Déjà connue en 1918 pour ses scandales et ses succès romanesques, notamment le fameux cycle des Claudine, le centenaire de l'armistice permettra d'ancrer l'événement dans l'histoire nationale.